WarToGame

WarToGame
La bataille d'Issos (334 av.J.-C) entre Alexandre le Grand et Darius III (mosaïque romaine découverte à Pompéi).

vendredi 9 février 2018

[WW2] The last Crusade : From Normandy to the Rhine.

Voici un petit article "apéritif" sur le jeu de cartes à collectionner intitulé The Last Crusade : From Normandy to the Rhine de John R. Hopler publié par Pinnacle Entertainment Group en 1995. J'avais acheté il y a une vingtaine d'années quelques starter et plusieurs booster afin d'avoir un peu de variété dans les cartes. Malheureusement je n'ai pas eu l'occasion d'y jouer à l'époque faute de partenaire de jeu. Aujourd'hui ayant mis la main sur des règles pour y jouer en solitaire, j'essaye de compléter ma collection en cherchant des paquets scellés ou non afin d'avoir une très bonne diversité de cartes. 

Un booster pack scellé en provenance directe des USA !

J'ai eu l'occasion d'acheter sur ebay une quinzaine de "booster pack" chez le vendeur nobleknight. Voici un extrait des cartes que j'ai découverte :


Une dizaine de paquets neufs (ils ont plus de 20 ans quand même !)

Chaque Booster Pack contient 12 cartes dont 2 rares !

Le contenu d'un booster avec 1carte terrain, 2 cartes spéciales US
et 2 Allemandes, 4 cartes unités US et 3 unités germaniques.

La carte Hetzer, un chasseur de char allemand !

Une carte d'infanterie US de type sans expérience !

Une carte de terrain de type colline qui offre des bonus
en protection contre les attaques d'infanterie et de char.

Enfin, deux cartes spéciales correspondant à des cartes actions
en attaque ou défense, qui vont changer les règles de base du jeu.

Bref, voici un léger aperçu des cartes de ce jeu dont je ferais une présentation complète des règles avec une mise en place sur un scénario simple lors d'un prochain article.


Le Jagdpanzer 38(t) dit "le traqueur" a été produit à compter de mars 1944.
Il est resté en service dans l'armée Suisse jusqu'en 1970 !
 A suivre !

mardi 6 février 2018

[DBA] Les romains l'emportent contre les Perses tardifs (1/72).

Voici la troisième et dernière partie de DBA en 20 mm (du 1/72 "plastique") que j'ai eu l'occasion de jouer avec Bertrand. Après deux défaites écrasantes pour moi en jouant les Perses, Bertrand m'a accordé une "consolante" en me laissant les Romains cette fois-ci ! Alors, ont-ils été encore une fois invincible comme les deux parties précédentes où bien Bertrand a t-il réussi à mener à la victoire les Perses pour une fois ! Le compte-rendu qui suit va vous donner la réponse et c'est surprenant...

Le superbe camp romain (une jetée avec statut et trirème !).

Pour cette dernière partie de DBA au format 1/72 sur une nappe de 90 cm sur 90 cm, j'ai obtenu l'initiative de placer le terrain (j'étais donc le défenseur) et là après avoir placé mes deux éléments obligatoires (des labours) et deux terrains difficiles en option, j'ai eu l'idée d'ajouter une rivière au centre du terrain pour essayer de ralentir les Perses et me donner le temps d'arriver en bon ordre au contact.


Bertrand est pensif devant la physionomie du terrain
qui se présente à lui !

Les romains sont lents (ce sont principalement des lames lourdes),
et la rivière me permet d'avancer en ligne sans être contrarié par les Perses.

Je scinde en trois groupes mes forces avec les" montés" sur ma gauche et
les piétons au centre et les deux unités de psilètes à droite
pour éviter le débordement adverse.

Bertrand lance le D6 pour connaitre le type de rivière qu'il souhaite franchir :
un 6 est tiré, elle sera difficile !

La cavalerie légère perse cherche un passage sur sur mon flanc droit,
pour franchir la rivière et prendre à revers mes psilètes.

De mon coté et sur les conseils toujours avisés de Bertrand,
je finis de franchir la colline difficile en colonne
et me redéploie pour reformer une ligne de combat.

Bertrand en réponse déploie son aile droite pour faire face à mes montés !

Les deux armées se font face de part et d'autre de la rivière
qui connaît un fort courant !

Bertrand lance les hostilités et fait franchir la rivière à sa cavalerie légère.

Les perses vont tenter de l'emporter sur mon flanc droite
défendu seulement par deux unités de psilètes.

Mais je réagis en lançant mes chevaux sur l'aile droite Perses !
Je prends l'initiative avant que Bertrand ne prenne le dessus sur mes troupes.

Je me bats les pieds dans l'eau et les Perses bénéficient
d'un bonus de +1 pour la défense de la berge d'une rivière difficile.

Les combats ne me sont pas trop favorables,
je recule trois unités et réussi à en faire reculer deux aux perses.

Bertrand avance la cavalerie légère sur ma droite,
je sens bien où il veut en venir : me contourner et me prendre à revers !

De mon coté, avec le répit laissé par les Perses,
je décide pousser à nouveau mes lames sur les piétons à gauche de ma ligne.

Je réussi à provoquer une fuite et un recule adverse
se qui laisse augurer une légère domination de mon aile gauche sur les Perses !

Bertrand voyant la mauvaise tournure que prend la partie pour lui,
passe à l'attaque de l'autre coté. Mes psilètes sont clairement visés.

Mais contre toute attente, je réussi à repousser cette terrible attaque.

A mon tour je porte l'attaque de l'autre coté de la rivière
contre le général adverse et le char à faux sans support.

Deux éléments adverses sont perdus et me permette d'envisager
d'enfoncer le centre adverse au prochain tour.

Toujours sur mon flanc droit les perses tentent d'éliminer un psilète !

Mais toujours sans succès, il résiste le bougre !

Je porte l'effort final sur l'aile droite adverse en lançant
toute les lames à l'attaque.

Deux autres unités de pitons perses sont éliminées :
c'est la victoire pour les romains.

Conclusion : 

Il aura fallu que j'attende la troisième partie contre Bertrand pour connaitre enfin la victoire avec les romains (qui eux ont gagné toutes leurs batailles). Cette partie a été gagnée grâce à cette rivière qui difficile m'a laissé le temps de me déployer correctement et maitriser l'espace du champ de bataille. Ensuite la résistance héroïque des deux psilètes m'a permis de porter l'effort principal de mon attaque sur l'aile droite perse et d'obtenir la victoire en franchissant cette rivière.

Un grand merci à Bertrand pour m'avoir fait tester DBA au format 1/72 (20 mm). Les armées à cette échelle sont plus détaillées et visuellement donnent un très bon effet d'ensemble. Je me lancerais bien dans la constitution d'une armée ou deux au 1/72 pour varier un peu les plaisirs sur cette règle.  


Les héroïques psilètes qui ont tenu tête à la cavalerie légère perse.

A suivre ...

mercredi 31 janvier 2018

[WoG] Corsair contre zero !

J'ai retrouvé un carton de mon précédent déménagement et surprise, il contenait ma petite collection d'avions de la seconde guerre mondiale issues des publications Del Prado et Atlas. Voici donc un petit article prétexte à vous montrer une mise en scène de combat entre un Chance Vought F4U "Corsair" et Mitsubishi A6M "Zero" avec des avions en métal pré-peints. Pour l'échelle des avions, disons qu'ils sont plus grands que ceux de Wings of Glory.

Le Zero est pris en chasse par le Corsair !
  
Un A6M2 du 1er Koku-Sentai du porte avion Akagai
lors de l'opération vers Hawai le 8 décembre 1941.

Le Mitsubishi A6M2 Zero-Sen / Zeke : IJNAS Hiryu Flying Group,
BII-144, IJN Carrier Hiryu Pearl Harbor, le 7 décembre 1941
(pour l'échelle, elle est très proche de celle WoG environ au 1/200)

Le Zeke est en mauvaise posture.

Le Zero-Sen ou Zeke

L'A6M2 de chez Del Prado au 1/97

Le Vough F4U de la VF-17 "Jolly rogers" le White 29 d'Ira Kepford,
sur l'Ile Bougainville en février 1944 (échelle 1/100) de chez del Prado.


Bon, vivement qu'Ares nous produise des Corsairs pour que je me refasse les mythiques scènes du feuilleton des têtes brulées...



A suivre...

dimanche 28 janvier 2018

[WoG] Bataille d'Angleterre : une reconnaissance contrariée.

Depuis quelques semaines, je me suis remis à jouer à Wings of Glory le jeu de figurines avec des avions de la première et seconde guerre mondiale grâce à mes gentils camarades de jeu de l'association qui participent volontiers à mes sessions de démonstrations des règles. Cette fois-ci, j'ai sorti du hangar mes avions de la seconde guerre mondiale et plus particulièrement ceux qui ont participé à la bataille d'Angleterre (août - septembre 1940). Voici le compte-rendu de la partie de démonstration à 5 joueurs sur un scénario de reconnaissance en force sur les cotes anglaises !

Au premier plan un Messerschmitt bf110 (à l'arrière un D520 période armistice).

La mission est de reconnaitre une des trois positions supposées de radar anglais le long de la cote anglaise avec un 110 accompagné d'un Me 109 et d'un D520 ! De l'autre coté 2 spitfire et un hurricane nous attendent de pied ferme pour empêcher la réussite de la mission des allemands.

Les anglo-belges nous attendent !

Pour cette démonstration des règles wings of glory WW2, j'étais accompagné de mes partenaires de jeu Emmanuel alias Bartold, vincent alias vinze, Cédric alias Dricks, et Bertrand alias Bertrand ! 

 
Les Anglo-Belges avec de gauche à droite :
Dricks, Vinze et Bartold (une fois) !

 
Le pilot Germain : Bertrand à la manœuvre du 109 et du D520.


Dricks !

Passons à la partie de démonstration "scénarisée" en photos :

De g. à d.: Dricks, Vinze et Bartold !
Les postions de départ avec la luftwaffe en bas (g. à d : 109, D520 et bf110)
et en face les Anglo-Belges (g. à d. : Spit, Hurricane et Spit belge).

Mon 110 sera accompagné par le D520 ! Mon ange gardien.

Le Spitfire Belge de Bartold !
Mon 110 évite de justesse les tirs du Spitfire Belge !

Le D520 de Bertrand me suit et surtout protège mes arrières !

Pendant ce temps les Spitfire de Dricks et Hurricane de Vinze
se lancent à ma poursuite !
 
Le spitfire de Dricks lance les gaz pour me rattrapper !

Il croise le bf109 de Bertrand et lui inflige une tir dans le moteur
qui va le contraindre à voler à vitesse lente jusqu'à la fin de la partie !

Le 110 vole vers sa cible mais les pilotes Anglais
sont juste derrière nous !

Vue du coté Anglais, il y a un sacré comité d'accueil
sur le chemin du retour.

Bertrand et son D520 fait face à la menace et provoque des dégâts
sur le spifire de Dricks (il est en flamme).

J'ai réussi à prendre la photo de la station radar et grâce à un immelmann,
je repars vers la France avec la précieuse pellicule !

Vinze et son hurricane font aussi demi-tour !
Il sera dans ma queue...avec le danger
qu'il tire dans l'angle mort de mon mitrailleur arrière.

Les chasseurs britanniques sont désormais à ma poursuite
et Bertrand avec son D520 est juste devant moi.
Seul le hurricane peut encore me mettre au tapis avec un tir bien ajusté.

Un bien bel alignement de chasseurs !

Vinze effectue une plongée qui le rapproche du 110
et surtout lui permet de tirer une rafale mortelle pour moi !

Je suis abattu par le hurricane et irrémédiablement
la mission est perdue pour les teutons !

La partie ne prend fin qu'une fois que les avions d'un camp
sont éliminés où ont quitté la surface de jeu !
Les Anglais vont tenter d'abattre le D520 avant qu'il ne quitte l'ile britannique !

Mais le D520 a une bonne vitesse de pointe
et reste hors de portée de ses ennemis.

De son coté le 109 n'aura pas pris part aux combats
faute à un moteur endommagé. Il rentre en France sans encombre.

Les britons mènent la chasse !

Gros plan sur le D520 qui est tout prêt de quitter le terrain de jeu !

Contre toute attente les radios des chasseurs britanniques tombent en passe
et une collision se produit entre les 3 avions !

La poursuite se termine avec la sortie des 2 chasseurs allemands de la carte.

Photo finale de la table de jeu après environ 2 heures de jeu
(mise en place comprise mais pas le rangement).

Bilan et analyse de la partie de démonstration des règles WoG WW2 : 


La stratégie pour les allemands étaient de prendre une des trois installations radar en photos et de revenir rapidement en France avec les précieux clichés. Bertrand avec un 109 et un D520 a splité ses forces en deux. Le 109 devant amuser la chasse adverse pendant que le D520 devait m'accompagner pour me protéger lors de la reco photo.
La première partie de la mission a été remplie avec la prise de clichés sans encombre. C'est au retour que les choses se sont gâtées avec 3 chasseurs dans la queue du 110 qui est tombé sans coup férir suite à un tir précis de Vinze exécutant une plongée avec son hurricane !


Le 109 avait pris un dégât dans le moteur dés son premier engagement le contraignant à exécuter ses manœuvres à vitesse lente et le D520 m'a accompagné jusqu'à la cible mais c'est retrouvé devant le 110 juste après la prise de photo. Il n'a pu couvrir mes arrière à temps ! 


Victoire des alliés malgré la perte d'un spit qui a été bouffé par les flammes au dernier tour et une collision en plein vol des 3 alliés qui avaient oublié de brancher leur radio :-)

Maintenant, sur l'organisation de la partie, mes plus et mes moins :
Organisation : cela prend un peut de temps de tout préparer et expliquer les règles : merci notamment à Bartold pour la sortie du hangar des avions et tous les autres pour le rangement "aux petits oignons".
Les moins : je ne maitrisais pas totalement les règles optionnelles de tirs avec différences d'altitudes et les conditions de victoire du scénario, c'est quand même mieux de jouer deux avions en même temps car lorsqu'un est au tapis on peut encore jouer ! Les spitfires n'étaient pas en capacité de rattrapper le bf110 mais le hurricane le pouvait étonnamment ! (c'est un point qu'il faudra vérifier également avec la vf de la boîte Battle of Britain lorsqu'elle sortira) !
Les plus : c'est beaucoup plus rapide que la version ww1 (seulement deux cartes de programmation), il y a plus de tirs et globalement ils sont plus létaux, beaucoup de "roleplaying" avec les accents des différentes nationalités représentées dans la mission (mention spéciale à Bartold le Belge et Bertrand le Teuton !). J'ai bien aimé aussi les discussions ("radio") pour se coordonner lors de l’exécution des manœuvres. Il y a un vrai aspect stratégique dans ce jeu en plus de tactiques à mettre en œuvre. 


Vinze the Wings for Victory !

A suivre ...